Français Bienvenue sur le site des Rhums Damoiseau


En cliquant sur le lien çi-dessous, je certifie avoir l'âge légal requis par la législation sur l'alcool dans mon pays de résidence pour visiter le site.


Anglais Welcome on Rhum Damoiseau's website


This site is intented for audience of legal drinking age only. You are not to proceed unless you are at least this age. By entering this site you confirm that you are at least the legal age in your country.

Entrer dans le site , Enter into the website

Vous êtes ici --> Accueil du site > Coin du specialiste > Culture de la canne à sucre
Entree-cabanne-a-rhum2.png Canne-a-sucre.png Charette2.png Machine-vapeur.png moulin.png Distillerie-interieur.png

Culture de la canne à sucre



La canne à sucre est une graminée vigoureuse, originaire de l'Asie, acclimatée aux Antilles dès les premiers
temps de la mise en valeur des terres aux Antilles. Les premières sucreries dateraient de 1644.

Pour prospérer, la canne a besoin d'un climat chaud et humide, d'un sol riche, profond et bien drainé. En
Guadeloupe où la température moyenne est de 28° et la pluviométrie annuelle supérieure à 1 mètre, la canne
prospère partout.

Pendant trois siècles, la multiplication de la canne ne s'est faite que par bouture, et cette reproduction asexuée,
sans sélection, a provoqué la dégénérescence des premières variétés.

Dans les années 1920, diverses stations agronomiques ont obtenu par graines des variétés à grand rendement.
Cette propagation en Guadeloupe a sensiblement amélioré la production.


Parmi les variétés largement cultivées au XIX siècle, Bonaire cite : La canne blanche d'Otahiti, la Rubanée, la
canne Créole, la Satavia, la canne Noire, la canne de Selangore.

Au début du siècle, on citait comme donnant les meilleurs rendements : -la canne Blanche, la Rubanée, la
Satavia, la canne Cristalline, la canne Congo. Mais, certaines commençaient a être délaissées aux profits de
nouvelles graines et introduites à la Barbade ; B109, B145, B167, B203.


De 1918 à 1927, une station agronomique fut créée par le syndicat des usiniers. Elle introduisit les variétés
d'élites des autres centres de la culture de la canne et elle chercha elle-même à en créer de nouvelles. C'est ainsi
qu'elle introduisit les big-Tanas, le BH10.12, B6450, St Croix 12.4, SC 13/13, SC22.31, C00213, C0281,
POJ213, P052878 et d'autres.

La canne de Java n'a pas donné ici de très bons résultats, ces cannes ont tendance à flécher trop tôt. En 1946,
après la seconde guerre mondiale, le métier Sucrier, Rhumier et Cannier est devenu particulièrement difficile.
Il n'y a plus d'engrais, peu de pièces de rechange pour le matériel d'où une production faible (400.000 tonnes de
canne).

Entre 1949 et 1962 se produit l'expansion la plus spectaculaire. Malgré un ralentissement dû aux événements
climatiques, comme le cyclone de 1956, la production ne cesse de croître au point d'atteindre 1.85 millions de
tonnes de canne en 1962.

En 1982, le CITES, pour aider le planteur met en place 8 variétés de canne à sucre. Elles ont été suffisamment
étudiées au plan agronomique et économique pour que chaque planteur puisse opérer un choix en toute
connaissance de cause.